Eragon Community

La communauté non officielle de l'Héritage, version 3
 
AccueilPortailGalerieFAQRechercherS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Le trésor des rebelles, partie II

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Kentril
Grand méchant loup
Grand méchant loup
avatar

Masculin
Nombre de messages : 4072
Age : 27
Autres : Do you really know me? I might be a god...
Date d'inscription : 23/10/2006

MessageSujet: Le trésor des rebelles, partie II   Dim 30 Aoû - 19:18

Texte dédicacé à ma bien-aimée Wanda

Quittant la chaleur de son foyer pour le froid mordant de l'hiver, Lord Octavius fit claquer les lourdes portes du hall de son château. Aboyant des ordres à droite et à gauche, il se dirigea à grands pas vers les écuries. Le gel avait recouvert le sol terreux de la cour du château, mais le seigneur ne fit aucun faux pas. Même les années d'oisiveté passées dans son château n'avaient pas eu raison de son inébranlable stature. Cependant, une lueur inquiétante dansait dans ses yeux à présent, alors qu'il regardait impassiblement ses serviteurs seller son destrier. La missive qu'il avait reçue ce matin ne laissait aucune place au doute. Ses jours étaient comptés. Son dernier espoir était de gagner la capitale au plus vite pour implorer la protection de l'Empereur lui-même. Galbatorix se souviendrait-il de ses services rendus à l'imperium? Il le fallait, car sans cela, Octavius devrait subir les pires outrages avant de trépasser comme un chien. L'idée seule de mourir avait fait son chemin dans l'imagination du seigneur, durant ses années guerrières. Alors qu'une flèche l'avait atteint à l'épaule, des années auparavant, il avait agonisé durant des heures au milieu d'un champ de bataille, dans un charnier d' alliés et d' ennemis dont l'odeur lui donnait la nausée. Où était-ce la vue de son propre sang, recouvrant sa cotte de mailles par endroits, qui tordait son ventre comme un chiffon? Pour échapper à cet enfer, le chevalier avait cédé, et ses yeux s'étaient fermés, laissant son esprit glisser vers le néant.

Octavius secoua la tête. Ce jour-là, il avait prouvé sa bravoure et sa loyauté, et grâce à cela, l'Empereur le sauverait. Il enfourcha sa monture dépourvue de son habituelle carapace de fer, et poussa un cri en l'éperonnant. Uru'Baen était à deux jours de cheval du château de Lord Octavius. S'il poussait sa monture jusqu'à ses limites, il pouvait espérer atteindre la capitale en un jour et demi. C'était un cheval robuste payé au prix fort, capable de voyages longs et éprouvants, il pouvait tenir le coup. Le seigneur Octavius passa le pont-levis de sa forteresse, les lourds sabots de sa monture martelant un bois puissant épaissi par une couche de givre. Face à lui s'étendait à présent son vaste domaine. En bâtissant son château, il avait abattu énormément d'arbres, non seulement pour le bien de la construction, mais également pour éloigner sa demeure de la lisière des bois, qui regorgeaient de bandits et de coupe-jarrets. Aussi fort qu'il détestât cette forêt, il devait aujourd'hui la traverser pour sauver sa vie. Les arbres morts, dépourvus de leurs feuilles, offraient moins de camouflage aux éventuels brigands en embuscade, mais gagnaient cet aspect squelettique signifiant la fin de toute vie dans les bois. A chaque branche morte au-dessus de lui, Octavius se voyait pendu, nu et sec, comme un vulgaire voleur. Le seigneur ralentit l'allure de son cheval, comme pour ne pas déranger les esprits vengeurs de la forêt, et une flèche siffla à côté de son oreille. Avant qu'il ne puisse réagir, une autre vint se planter dans la gorge de son destrier, qui se cabra, et envoya son cavalier rouler à terre.

Les yeux du seigneur se couvrirent du voile écarlate de la guerre, et il tira son épée en se relevant, tandis que deux hommes émergèrent des sous-bois, lame au clair. La qualité de leur armement laissait supposer qu'ils n'étaient pas des hors-la-loi poussés par la faim, mais des tueurs assoiffés de sang. Octavius ne se laissa pas perturber par leur arrivée, et chercha rapidement l'archer qui avait fait feu sur lui. Une nouvelle flèche jaillit de derrière un arbre massif, mais l'ancien chevalier devina sa trajectoire, et l'évita d'un pas sur le côté. Ce faisant, il tira son écu de son dos et l'enfila prestement sur son bras gauche. Les hommes d'armes avancèrent vers lui, s'écartant de plus en plus l'un de l'autre, visant à l'encercler. Leur rôle était d'occuper l'attention du seigneur pour permettre à leur archer de le cribler de flèches. Octavius attendit que l'un de ses assaillants bloque la ligne de tir de l'archer, et fondit sur lui, bouclier en avant et épée brandie pour porter un coup de taille. Il espérait que cette charge audacieuse surprenne assez son adversaire pour qu'il ne profite pas de l'ouverture qu'il offrait sur son épaule droite. L'épée du brigand frappa naïvement le bouclier pour ne pas le recevoir en plein visage, mais l'inertie suivant son coup l'empêcha de dévier l'arme du seigneur qui le toucha à la gorge et trancha la moitié de son cou. N'entendant pas la corde de l'arc vibrer, Octavius devina que le second épéiste était passé derrière lui, et risquait de recevoir un tir raté. D'un mouvement souple du coude et du poignet, il orienta son épée sur son dos, pointe vers le bas. Sa lame maniée à une seule main, cette parade ne pouvait le protéger d'un coup en traître porté avec plus de force, c'était donc une manoeuvre dissuasive lui permettant de faire écran face à lui avec son bouclier. Son adversaire ne se laissa pas prendre, et lui porta un coup d'estoc à travers ses défenses, tandis que l'écu du seigneur recevait une flèche.

Octavius poussa un cri qui résonna dans le silence de la forêt morte. Avant que l'archer ne décoche une nouvelle flèche, il pivota sur son pied d'appui et porta un violent moulinet au crâne du bandit, qui fier de son succès, ne s'était pas replié. La tête du hors-la-loi se scinda en deux parties, et l'une d'elles alla s'écraser sur le sol, tandis que le malandrin restait debout dans la mort, hésitant entre tomber à genoux ou s'effondrer lourdement en arrière. C'est en contemplant sa victime que le seigneur sentit une flèche s'enfoncer dans son dos. Cambré par la douleur, Octavius s'efforcer de ne pas chuter en arrière, et tomba en avant, s'étalant sur le brigand qu'il venait d'occire. Il sentit l'archer sortir de sa cachette pour s'approcher. Il allait l'achever. Ses yeux se fermèrent.

"Vous allez mieux?" demanda une voix qui perça à travers les ténèbres.

Le seigneur ouvrit les yeux. Pour une raison encore inconnue, il était encore en vie. Il se trouvait toujours dans la forêt, non loin de l'endroit où il avait perdu connaissance. Il était étendu sur une couche sommaire, près d'un feu sur lequel rôtissait de la viande. De l'autre côté du foyer, un homme était assis. Il portait une cape noire dont la capuche était rabattue. Seuls ses yeux étaient visibles. Ils brillaient d'une lueur mauvaise dans l'obscurité.

"Que m'est-il arrivé?"

Octavius se souvenait parfaitement du combat, mais il était curieux de savoir pourquoi l'archer avait renoncé à le tuer. L'autre homme n'esquissa pas un mouvement. Il observait simplement le blessé.

"Vous vous êtes battu, et je vous ai soigné. Vous étiez en voyage?"

Lord Octavius se souvint alors de tout. La lettre de son ami, le voyage vers la capitale...

"Je dois me rendre à Uru'Baen au plus vite."

"Prenez mon cheval, seigneur. Je suis presque chez moi à présent. Il vous reste encore un long chemin."

Le seigneur se leva avec douleur et revêtit sa cuirasse abîmée.

"Merci, étranger. Si nous nous revoyons, je te rembourserai ma dette, sois-en sûr."

Octavius enfourcha la monture du voyageur et partit en trombe.

"Bien sûr, Octavius... J'y compte bien."

_________________

Revenir en haut Aller en bas
 
Le trésor des rebelles, partie II
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Partie de plaisir
» L'heraldique des blasons - Partie 1
» Habs vs Bruins (partie 6)
» Nouvelle structure de la Partie Privée
» RÉSUMÉ DE LA PARTIE 37 !

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Eragon Community :: Alagaësia :: Furnost-
Sauter vers: