Eragon Community

La communauté non officielle de l'Héritage, version 3
 
AccueilPortailGalerieFAQRechercherS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Ketesh

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Ketesh
Reconnu
Reconnu
avatar

Féminin
Nombre de messages : 1269
Age : 25
Autres : Tu connais la blague du fou qui repeint son plafond?
Date d'inscription : 27/10/2006

MessageSujet: Ketesh   Lun 22 Déc - 22:42

-Nom et Prénom : Ketesh « La prophétesse »

-Age : 99 ans

-Race et camp : Elfe renégate. Empire (ou indépendante ?)


Sous les sombres frondaisons des arbres millénaires courrait à en perdre haleine un elfe dont les mains, tremblantes, étaient rougies de sang. Nul habitant d’Ellesmera n’osait pourtant l’arrêter. Tous étaient pétrifiés, horrifiés à l'idée que la violence avait pu faire irruption dans la cité sacrée.

Le fugitif s’arrêta brusquement. Les yeux exorbités, le visage hagard. Comme incapable d'esquisser un geste après cette course éperdue, il laissa errer autour de lui un regard implorant. Regard qui se figea subitement, se fixant sur un autre elfe dont la peur avait empêché la fuite. Une fraction de seconde plus tard et le fuyard se cramponait à la robe du malheureux, pareil à un naufragé sur le point de sombrer. Une fleur pourpre s'épanouit sur l'étoffe immaculée.

Cette scène fini de dégriser l'un des gardes en faction non loin et lui permit de surmonter sa stupeur. Il se jeta sur le forcené qui s'écroula, frappé à la nuque du tranchant de la main.

« Partez » souffla la sentinelle à l'elfe libéré de l'étreinte du fugitif.

Il s’apprêtait à porter un second coup à son adversaire quand il s'aperçut soudain que quelque chose n’allait pas. Celui-ci était si jeune, l’expression de son visage si désorientée… Et ces larmes qui coulaient de ses yeux, cet uniforme de veilleur, ce poignard bien rangé dans son fourreau et dont la garde ne portait aucune injure vermeille… Il vérifia s’il dissimulait une autre arme sur lui. N’en trouva aucune.

« Ce sang, mon garçon, ce n’est pas toi qui l’a versé n’est-ce pas ? » demanda-t-il doucement à l’elfe prostré qu’il s’appliquait redresser. Celui-ci acquiesça.

« Que s’est-il passé ? »

« Je… je ne sais pas… Je venais relever l’un des gardes en faction à l’entrée d’un appartement du quartier ouest, dissimulé sous terre.» Il secoua la tête comme pour chasser les images qui lui revenaient en mémoire. « Ils… Ils étaient tous morts. Il y avait du sang, partout, beaucoup de sang. Et plus personne dans l’appartement. »

« Qui étiez-vous sensés garder ? »

« Je ne sais pas, on nous a fait jurer de ne rien dire de ce sous terrain. On ne connaissait pas l’identité du prisonnier. »

***
*


Dans la salle du trône, la reine des elfes était soucieuse. Les nouvelles qu’apportait le chef de la garde l’emplissaient de colère et de chagrin.

« Ainsi donc elle a fini par s’échapper » murmura-t-elle comme en échos aux paroles du veilleur.

« Oui Ma Reine. Il y a de cela un peu moins d’une heure, une sentinelle en faction aux abords du quartier ouest est venue me trouver à la tour de garde. Il avait avec lui l’un des geôliers de la prophétesse, qui, bien que bouleversé, a eu la présence d’esprit d’insister pour ne parler qu’à moi. J’ai immédiatement dépêché des hommes pour fouiller la ville mais j’ai bien peur qu’elle ne soit déjà loin. Les corps de ses victimes étaient déjà froids à l’heure de la relève. »

Tout en lui faisant son rapport, l’elfe avait suivi Islanzadi qui avait traversé la gigantesque salle pour gagner la terrasse royale. Dehors, le ciel nocturne commençait tout juste à s’éclaircir. L’aube ne faisait encore que s'annoncer et la descente de lit bleue nuit qu’avait enfilé en hâte la souveraine se détachait à peine dans les ténèbres encore profondes. Appuyée sur la balustrade elle contemplait en contrebas la cité endormie.

« Vous pouvez vous retirer», lui dit-elle sans lui accorder un regard. Il allait partit lorsqu’elle se retourna et ajouta :

« Pas un mot de tout cela à quiconque bien sûr. Je compte sur votre discrétion.»

« Je serai digne de Votre confiance Madame»

« Et je vais sans doute avoir besoin des services de Marek. Vous êtes l’une des rares personnes à savoir où le trouver. Faites-le venir. »

« Bien, Ma Reine »

Il s’éloigna d’un pas vif, laissant Islanzadi seule en compagnie de ses remords.

« La Prophétesse » Quand avaient-ils donc cessé d’appeler cette enfant par son nom pour ne plus la désigner qu'ainsi? Elle était si jeune lorsqu’ils l’avaient enlevée à ses parents. Quel âge avait-elle alors ? Vingt ans ? Peut-être moins. Dans le rapport qu’on lui avait fait parvenir à ce sujet, elle avait lu que ses géniteurs n’avaient fait aucune difficulté pour la leur confier, qu’au contraire, ils avaient presque parut soulagés. Il est vrai que la fillette était des plus étranges. On la disait marquée par le sceau du démon et les esprits superstitieux ne manquaient pas de soit disant preuves pour allimenter leurs rumeurs.
Voyez ces cheveux rouges, murmuraient-ils sur son passage, ces lèvres vermeilles, cette peau si pâle… ce n’est pas naturel tout cela croyez moi.

Mais le trait le plus étrange de cette physionomie déjà fort remarquable était sans doute ces grands yeux calmes aux prunelles noires qui ne cillaient jamais, ou presque, et portaient alentour des regards curieux, d’une fixité dérangeante. Rares étaient les individus capables d’en supporter le poids et ceux qui y parvenaient ne le faisaient jamais sans réticence. Ils semblaient plonger jusqu’au fond de votre âme, la disséquer, discerner jusqu’à ses plus intimes rouages au point d’en deviner les mouvements futurs.

Il s’avéra d’ailleurs que ce don de prescience était loin de n’être qu’affabulation de personnages crédules. Ketesh, qui n’avait pas encore appris à dissimuler la plupart de ses pressentiments, en faisait alors fréquemment étalage. Il advint ainsi qu’un cheval, pourtant de bonne composition, jette à bas son cavalier et le piétine quelques jours après qu’elle l’avait caressé et avait affirmé, sur le ton de la conversation, qu’il allait porter malheur à son propriétaire. Une autre fois, elle avait mis en garde un ermite contre la colère du fleuve. Un an plus tard, une inondation était survenue et l’on n’avait plus jamais entendu parler de lui. Ses dons, cependant, s’exprimaient rarement aussi clairement et, en fait de prédictions, il s’agissait plus souvent de vagues pressentiments. Cela suffit cependant à lui attirer une solide réputation d’oiseau de mauvais augure si bien que l’on finit bientôt par craindre son contact, sa conversation, et même son regard.

Ses propres parents s’en détachèrent progressivement. D’enjouée, Ketesh devint solitaire et taciturne. Toujours en butte aux sarcasmes et aux préjugés de ses semblables, elle se renfrogna et son caractère se teinta d’agressivité.

Lorsque le cercle occulte eut vent de ses prédispositions, il jugea bon de la placer sous tutelle et la confia à un mage qui devait l’aider à développer ses dons. Ketesh, cependant, se révéla médiocre magicienne. Ses échecs répétés entamèrent rapidement sa motivation initiale et ce ne fut qu’après nombre de fastidieux exercices, de remontrances sévères et de disputes houleuses qu’elle réussi imparfaitement, à l’âge de soixante ans, à maîtriser quelques sortilèges usuels. Son maître s’en était désintéressé dès ses premières années d’apprentissage et n’avait poursuivi sa formation qu’en dilettante, par obligation. Les autres apprentis, dont elle avait espéré la sympathie, se moquèrent d’abord de ses difficultés puis manifestèrent bien vite à son égard la même défiance que ses anciens détracteurs.

Elle se referma sur elle-même, devint de plus en plus méprisante, odieuse même, et se réfugia dans la solitude des livres. De touts les sujets que pouvaient traiter ces derniers, l’Histoire la passionna le plus. Elle l’étudia à corps perdu, vibrant au rythme d’intrigues millénaires, de batailles épiques, de trahisons et d’anciennes alliances. Elle rêva des contrées lointaines qu’évoquaient de poussiéreux ouvrages, s’imagina actrice de l’une de ces tumultueuses luttes de pouvoir et acquit ainsi la conviction qu’un jour, ses songes prendraient pied dans la réalité. Etaient-ce là fantasmes ou prémonitions ? Nul ne peut le dire mais alors qu’elle peinait à lancer les sortilèges les plus simples, ses pouvoirs de divinations se renforçaient. Elle n’en disait rien cependant; l’expérience lui avait appris le silence. Mais son regard narquois ne trompait pas.

Aux alentours de sa soixante-dixième année, elle fit une découverte qui allait celler son destin. Dans la bibliothèque de son maître, dissimulé sous une épaisse couche de poussière et de toiles d’araignées, derrière nombre d’autres écrits oubliés, elle dénicha un ouvrage relié de cuir noir dont une malévolence ancestrale sourdait de chaque page. Un frisson parcouru son échine lorsqu’elle s’en empara. Il s’agissait d’un recueil d’invocations blasphématoires et interdites, de rituels qu’aucun elfe sensé n’aurait jamais osé accomplir mais qui exercèrent sur elle une fascination inexplicable. Elle étudia avec application cette magie interdite sans que personne ne vienne lui demander des comptes. On avait en efeft depuis longtemps cessé de s’intéresser à ses activités.
Au cours de sa quatre-vingt-troisième année, les Vardens, amis des elfes, réussirent à dérober à l’empire trois œufs de dragons que l’on devait présenter aux apprentis les plus talentueux de la cité. L’un d’eux, Adenor, âgés de cent-cinquante ans, se plaisait tout particulièrement à tourmenter Ketesh, qui, jadis, avait cru éprouver, lorsque son cœur était encore tendre, des sentiments pour lui. Tous se réjouissaient de cette nouvelle si bien que l’on organisa une fête splendide pour célébrer l’évènement. Obligée d’y paraître, Ketesh s’y rendit de mauvaise grâce et se montra fort désagréable. La soirée fut atroce. Elle subit tant de moqueries, fit l’objet de tant de regards circonspects et superstitieux que la haine accumulée depuis toutes ces années mit à bas les barrières mentales qu’elle avait érigé. Elle entra en transe et, les yeux perdus sous un voile blanc, terrible, annonça que jamais les œufs n’arriveraient à destination.

En effet, la troupe Varden qui les avait dérobés fut rattrapée, torturée et massacrée par les troupes de l’empire. Adenor en fut si dépité qu’une rage noueuse cru dans le terreau fertile de sa déception. Il lança de terribles rumeurs. Ketesh en fut la cible désignée. Il l’accusa d’espionnage et nombreux furent ceux à le croire. On la dit vendue à l’empire. Mais la calomnie ne suffit pas à Adenor qui, un jour où Ketesh étudiait seule dans la forêt, alla la trouver et la roua de coup.

Ketesh, dès lors, ne pensa plus qu’à se venger. Elle rouvrit le livre maudit et trouva dans ce dernier le rituel idéal. Parmi les ingrédients qu’il nécessitait, elle disposait déjà d’une poignée de cheveux de sa victime qu’elle lui avait arrachée pendant qu’il la rossait. Le reste n’était pas difficile à se procurer. Seul le sacrifice animal lui posait problème. Bien que cette idée heurta sa sensibilité d’elfe sa rancune anéantit ses scrupules et elle décida de passer outre.

Elle captura une biche et se retira dans la forêt. Malgré sa détermination, elle tarda cependant à enfoncer dans le cœur palpitant de la bête le poignard sacrificiel et les cris de l’animal attirèrent l’attention d’un elfe qui passait non loin du bosquet où elle s’était dissimulée. Il la découvrit alors qu’elle prononçait la dernière des paroles maudites, les lèvres encore rouges du sang de l’animal.

Adenor tomba malade. Elle fut jugée à huis clos et l’on décida de l’emprisonner. On ne pouvait se permettre de l’exiler. Qui savait en effet ce que ses dons de divination, qui croissaient avec l’âge, pourraient apporter comme malheurs si elle tombait entre de mauvaises mains. Quant à l’exécuter, c’était hors de question. D’une part, un tel châtiment était contraire aux lois elfiques, de l’autre, elle pouvait encore se révéler utile. La sentence tomba. C’était il y a seize ans.

Depuis lors, elle n’avait pas revu la lumière du jour.
La reine soupira. Telle était l’histoire qu’ils avaient pu reconstituer. Une bien triste histoire en vérité, mais l’heure n’était plus aux regrets. Ils avaient fait l’erreur de sous estimer les pouvoirs de « la prophétesse ». Comment avait-elle pu mettre à mort ses deux geôliers ? Comment avait-elle pu s’enfuir sans se faire repérer ? Le mystère restait entier.

« Hum, hum » Une toux sèche éclata derrière Islanzadi, la tirant de ses pensées. Marek, fidèle à son habitude, s’était coulé en silence dans la pièce.

« Que puis-je pour votre plaisir, Ma Reine ? » s’enquit-il.

« Bonsoir Marek. Entrons tout de suite dans le vif du sujet voulez-vous ? Vous souvenez-vous de celle que l’on appelait jadis « La Prophétesse» ?»

Il acquiesça.

« Je ne sais comment mais elle est parvenue à s’échapper »

« C’est fâcheux, en effet. Mais, pardonnez mon impudence, si vous comptez sur moi pour vous la ramener, je ne suis peut-être pas l’homme de la situation. Mes méthode sont, si je puis dire, un peu trop radicales.»

« Détrompez-vous. Je suis fâchée d’avoir à prendre de si sombres résolutions mais l’heure n’est plus aux demi-mesures. J’ai bien peur que Ketesh ne se soit pas évadée seule. Si par malheur l’empire venait à s’en emparer… »

Islanzadi se tut, Marek s’en fut sans un mot, lui épargnant la honte d’en dire plus.


Dernière édition par Ketesh le Jeu 30 Avr - 1:57, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Feu-de-neige
Admin chevaleresque
Admin chevaleresque
avatar

Féminin
Nombre de messages : 3644
Age : 26
Autres : Partout et nulle part
Date d'inscription : 22/10/2006

MessageSujet: Re: Ketesh   Lun 22 Déc - 23:17

Ta fiche est parfaite, rebienvenue dans les rp ma chère nièce et bon amusement. Peut-être aurais-je l'honneur te croiser..

_________________
Les forums changent, les amis restent.
Revenir en haut Aller en bas
http://spacegundam.actifforum.com
Ketesh
Reconnu
Reconnu
avatar

Féminin
Nombre de messages : 1269
Age : 25
Autres : Tu connais la blague du fou qui repeint son plafond?
Date d'inscription : 27/10/2006

MessageSujet: Re: Ketesh   Mar 23 Déc - 1:05

Tousse tousse. Un peu de silence s'il vous plait!

Bon, je sais qu'en général, les compagnons de quète on les engage dans une taverne après avoir graissé la pate de l'aubergiste parce que c'est la tradition et que voilà quoi... Et que ce débauchage à la nois est du dernier vulgaire et patati et patata.

Mais votre "c'est pas rp" outré je me le cale sous mon bonnet, c'est ma fiche d'abord et je fais ce que je veux^^

Alors qui c'est qui veut bien endosser la responsabilité de m'avoir libéré? (je pécise que les candidats doivent être soit de l'empire, soit indépendants)

Parce que si je commence mon rp toute seule, je vais avoir l'air franchement fine à me les geler, sans armes, sans vivres et sans couverture en plein milieu du Du Welden Varden, qui est quand même un peu plus grand que le bois de boulogne.

Ps: merci Fidy
Revenir en haut Aller en bas
Plume
Grand Bouchon de Liège
Grand Bouchon de Liège
avatar

Masculin
Nombre de messages : 2383
Age : 28
Date d'inscription : 03/09/2006

MessageSujet: Re: Ketesh   Mar 23 Déc - 1:57

Je lis ton histoire demain et je pense à un une bonne raison pour venir en plein territoire elfe clin d\\\\'oeil
Re-bienvenue sinon. Et je prend la médaille d'or que Fidy à négligée ^^

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Héloïse
A la droite du Boss
A la droite du Boss
avatar

Féminin
Nombre de messages : 6344
Age : 30
Date d'inscription : 23/09/2006

MessageSujet: Re: Ketesh   Mar 23 Déc - 14:23

Bon retour ^^.

_________________
chat dragon
Ca y est ! je suis sur DeviantArt !
Revenir en haut Aller en bas
http://eragon-community01.fr-bb.com
Wanda
Surhomme
Surhomme
avatar

Féminin
Nombre de messages : 2237
Age : 25
Date d'inscription : 22/10/2006

MessageSujet: Re: Ketesh   Mar 23 Déc - 21:47

Je peux toujours être venue te liberer, cela correspondrait avec mon but, mais seulement s'il n'y a personne d'autre, j'en ai déjà deux à faire, et pas vraiment de temps puisque j'pars en Normandie demain.

_________________

Le rêve est encore possible, la réalité sera plus cruelle...
Revenir en haut Aller en bas
Ketesh
Reconnu
Reconnu
avatar

Féminin
Nombre de messages : 1269
Age : 25
Autres : Tu connais la blague du fou qui repeint son plafond?
Date d'inscription : 27/10/2006

MessageSujet: Re: Ketesh   Mar 23 Déc - 22:19

Je suis pas pressée, je te rassure, surtout que je pars le 28 reviens le 31 et repars le 2, tu sais bien pourquoi^^. (deux? Il y a celui avec Keninou mais l'autre?)
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Ketesh   

Revenir en haut Aller en bas
 
Ketesh
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Eragon Community :: Avant de commencer... :: Registre impérial :: Empire-
Sauter vers: