Eragon Community

La communauté non officielle de l'Héritage, version 3
 
AccueilPortailGalerieFAQRechercherS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Le Chant du Phénix - par Aélyhne

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Aélyhne
Digne des boss
Digne des boss
avatar

Féminin
Nombre de messages : 5471
Age : 26
Autres : respectez les anciens, même s'ils sont séniles...
Date d'inscription : 27/10/2006

MessageSujet: Le Chant du Phénix - par Aélyhne   Dim 26 Aoû - 22:38

Eh oui ! encore un cycle de cinq livres !
Ce n'est pas exactement la suite des dragons, mais j'utilise des éléments et des persos des dragons. d'ailleurs, Fidy devrait être contente, parce que du coup Yaline va avoir un rôle plus important.
. Tout ce que je peux dire, c'est qu'il y aura beaucoup moins de dragons.

PROLOGUE du premier tome : Les seigneurs des feymonae
LA REINE DE SERTENIA

Dyenraisa faisait les cents pas dans la salle du trône de Serténia sans prêter attention aux splendeurs qui l’entourait. Elle les connaissait déjà, les voyant tous les jours depuis bien des siècles. De toute façon elle avait autre chose à penser depuis longtemps, et plus encore depuis la veille.
Le Chant du Phénix avait retenti la nuit dernière, mais pas accompagné par la Lune Bleue, ce qui aurait indiqué que l’un des trois Gardiens s’était lié. Elle avait espéré voir la Lune, tout en étant effrayée, car cela aurait annoncé l’arrivée d’un nouveau Phénix. Il restait encore un peu de temps pour cela, mais lorsque les quatre Gardiens seraient liés, eh bien... le Phénix renaîtrait de ses cendres pour enflammer le monde.
Cependant, le Phénix n’était pas son principal sujet de préoccupation. Quand elle avait appris ce que sa meilleure amie avait fait, malgré tous ses conseils, tous ses avertissements, elle avait laissé tomber toutes ses tâches pour aller la voir en personne. Elle n’avait même pas remarqué les regards surpris qui s’étaient tournés vers elle comme si elle était devenue folle. Ce n’était certes pas les manières d’une princesse de Serténia... Mais Dyenraisa n’en avait cure. Ce n’était pas elle qui était assise sur le trône et avait fait la pire erreur des quinze derniers siècles, et des quinze à venir. Et Nelphrona risquait bien de ne pas s’en remettre... Et pas seulement Nelphrona d’ailleurs.
Cette petite idiote aurait dû se montrer prudente, avec le Chant ! Mais non, elle n’en avait fait qu’à sa tête, comme d’habitude ! Sauf que là, il ne s’agissait pas d’une histoire de gâteau chapardé dans les cuisines, comme au bon vieux temps...
Des tentures vertes et bleues d’une finesse arachnéenne étaient accrochées aux fenêtres ouvertes pour laisser entrer la brise fraîche du jeune printemps. Printemps qui durait depuis bien des siècles. Il n’y avait plus d’hiver à Serténia. Pas depuis la Brume.
Les murs étaient blancs, mais ils disparaissaient presque entièrement sous les magnifiques tapisseries représentant la gloire de Serténia au temps où tous pouvaient encore la voir, avant que la Brume ne s’en empare, et le sol était de marbre blanc. Derrière le fauteuil de la reine se dressait un pilier de nacre blanc, mais dont la couleur semblait bleue.
Une grosse pierre sphérique d’un bleu turquoise dans lequel tourbillonnait sans cesse une vapeur argentée était posée sur un épais coussin de velours argenté. Pour que l’on y témoigne une si grande attention et un respect sans faille, il fallait vraiment que l’objet fût important. Et en vérité, c’était le plus important de tout le pays... Il avait été offert par un des Phénix, quoique nombreux étaient ceux qu’ils l’avaient oublié. Un Phénix qui ne venait même pas de Nelphrona, mais d’un monde nommé Firtéméath...
Le trône était taillé dans un bois blanc finement ciselé et incrusté de fils d’or, et était encadré de deux statues de léopard. En réalité l’une n’était pas une statue, mais une véritable et énorme panthère qui était si immobile qu’elle ne semblait pas vivante. Elle était énorme, et ses yeux verts et or jaugeaient sévèrement Dyenraisa, sa queue frappant furieusement ses flancs. Une main fine et élégante était posée sur sa tête tachetée, la main de Tiyanéa, la reine de Serténia depuis quelques semaines. Tiyanéa était vêtue d’une robe de soie verte dont la traîne était disposée sur la statue, et pour seul bijou elle n’avait que le diadème d’argent posé sur ses longs cheveux blonds. Ses yeux étaient comme ceux du léopard, verts et or, sévères et froids, semblables à de la glace malgré leurs couleurs d’été.
Revenir en haut Aller en bas
http://eragon-community01.fr-bb.com/Avant-de-commencer-c1/Nouvel
 
Le Chant du Phénix - par Aélyhne
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Bien taux un chant-bardement jeux nez ralle !
» Le héros le plus crédible en "méchant"
» Se moquer de la tête du Grand Méchant Masqué
» Quel est le méchant le plus méchant de Disney? [Survivor]
» LA " MARSEILLAISE CHANT de HAINE

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Eragon Community :: Bouillon de Culture :: Bibliothèque-
Sauter vers: